Menu
::: Accueil
::: Toubkal
::: Mt Kenya et Kili
::: Mont Rose
::: Mont Blanc
::: Liens


Ajoutez Stef & Co. à vos Favoris !

Accueil -> Toubkal

Trek dans le massif du Toubkal (Maroc)

Le diaporama avec des détails... (.ppt - 7 Mo)
  • Jour 1 : France – Maroc (Marrakech) par Boeing 737-400 de la RAM.
    Après le vol pour Marrakech, installation à l’hôtel Ryad Mogador*** (à côté de la gare routière : bruyant du côté de celle-ci car pas de double vitrage !!! Il y a un concert de klaxons à toute heure du jour ou de la nuit). La température au départ de Paris était d’une dizaine de degrés, nous arrivons à Marrakech où il fait 35 °C. La veste polaire et les vêtements d’hiver tombent au profit du short et du T-shirt. Veillez à bien demander la télécommande de la climatisation sous peine d’avoir relativement chaud dans la chambre.
    Après dépôt des bagages dans les chambres, la visite de Marrakech peut commencer.
    Pour certains d’entre nous c’était une première dans un pays hors Communauté Européenne et bien, pour un dépaysement, c’en est un… On tue et déplume devant vous la poule que vous achetez, vos sens sont mis en éveil par de fabuleuses senteurs (épices, olives…) et par de moins bonnes (odeur de volailles, huile de garage...). La pollution règne dans cette ville mais qu’importe, nous sommes en vacances et pas pour longtemps dans cette ville des mille et une nuits. Attention aux faux guides touristiques autour de la place Djemaa el Fna qui sous prétexte de vous aider à visiter le souk, vous conduisent chez des marchands de leur connaissance auprès desquels ils toucheront une commission sur vos achats. N’est-ce pas Eric, Dominique, Stéphanie et Stéphane ?? Cela leur a fait certes découvrir des quartiers (du côté de la mosquée Ben Youssef, notamment) et les coutumes locales (thé vert à la menthe [un délice…], musique berbère, chaleur humaine…) mais leur a demandé deux heures de discussion pour acheter un plat à tajine et quelques petits plats ainsi que deux chèches. Ils sont, en effet, arrivés en retard au rendez-vous du soir au très bon restaurant Le Foucauld, situé à côté de la place Djemaa el Fna.
  • Jour 2 : après une petite pluie (vers 8 h), nous embarquons dans deux Ford Transit en direction d’Imlil (1750 m), point de départ de notre trek. Le trajet prend environ une heure et demie (travaux d’aménagement de la route entre Asni et Imlil). Rencontre avec le cuisinier et les muletiers. Thé traditionnel, en attendant que les mules soient chargées et qu’un adolescent, boucher, nous approvisionne en viande. Départ du trek vers 11 h 30 min sur une piste large en remontant vers le Tizi n’Tamatert (2272 m). Le repas de midi s’est déroulé au-dessus du village de Tamatert à l’abri de peupliers (eh oui, à 2000 m !!), sous la tente commune. Après un repas succulent (il y en aura d’autres), on repart en direction du Tizi n’Tamatert (2272 m) d’où l’on voit les nombreux villages de l’Assif n’Imenane. En suivant une courbe de niveau, nous arrivons à l’endroit du campement, en face du village de Tachedirt (2314 m) à 2370 m.

  • 016_14 015_13
    Coucher de soleil sur l’Aksouâl juste avant le premier bivouac (photo de gauche) et bivouac 1 avec au fond à droite le Tizi n’Tamatert (photo de droite).
  • Jour 3 : lever vers 6 h comme tous les jours suivants ou presque. Départ vers 7 h. La journée commence par une longue montée, à l’ombre (vive les vestes polaires), au Tizi n’Likemt (3550 m). Grande descente pour rejoindre les Azibs n’Likemt (azib = bergerie) où nous nous arrêtons pour la pause de midi, au soleil, « pour recharger les batteries ». L’après-midi est plus « calme » au niveau dénivelé, mais toujours à l’ombre. La veste de polaire est encore la bienvenue. Nous atteignons tranquillement le campement au pied du Tizi n’Aouraï vers 2900 m (arrivée vers 17 h).

  • 013_11 012_10
    Jeu de lumière étonnant (photo de gauche) et juste avant le Tizi N’Likemt, vue sur la montée très raide (photo de droite). On devine tous les lacets du chemin.
  • Jour 4 : après environ 200 m de montée facile, nous atteignons le Tizi n’Aouraï, très aride à une altitude de 3109 m, avec une superbe vue sur le Toubkal (on distingue le point géodésique) ainsi que sur le massif du Siroua et donc de l’Anti-Atlas avec un mer de nuages du plus bel effet. Nous laissons passer les mules. L’une d’entre elles, pressée un peu trop par son muletier échappe de justesse à une fin tragique. Après ces émotions nous reprenons notre descente jusqu’au village d’Amsouzart (1740 m), durant laquelle la mer de nuages disparaît. Après une pause Coca-Cola (très demandé par les « beaufs »), la marche se poursuit jusqu’au café Toubkal juste avant la moraine glaciaire qui retient le lac d’Ifni. La marche se termine derrière cette moraine, au cœur d’un superbe cirque de montagnes. Le campement est établi à 2995 m à 100 m du bord du lac.

  • 005_3 018_16 015_13_2
    Mer de nuages au rendez-vous lors du passage du Tizi n’Aouraï (photo de gauche) - Passage agréable à l’ombre des noyers entre les villages d’Andous et d’Amsouzart (photo du milieu) - Lac glaciaire d’Ifni avec vue sur l’Azrou Izouggâghene (+ de 3000 m) (photo de droite).
  • Jour 5 : une gorge, puis de rudes lacets nous conduisent au Tizi n’Ouanoumss (3600 m). Ce passage est difficile pour la caravane de mules. Une descente commode et courte nous mène à proximité du refuge Neltner (3200 m) ou refuge du Toubkal du CAF de Casablanca (arrivée vers 14 h).

  • 007_5 004_2
    Montée sans fin au Tizi n’Ouanoumss (photo de gauche) et les « beaufs » heureux d'être au col (photo de droite).
  • Jour 6 : au contraire des autres jours, le lever à lieu à 5 h et le départ à 6. Le temps est frais mais dégagé. L’ascension du plus haut sommet d’Afrique du Nord se fait sans difficulté majeure. Un sentier caillouteux tout près du camp dans un éboulis puis dans un vallon plus encaissé, encombré de gros blocs, nous mène jusqu’au col du Toubkal (3940 m). La crête finale est large et se couche peu à peu à l’approche du point culminant. Du sommet, vue superbe sur la plaine de Marrakech, le Grand Sud… Redescente au campement pour le repas de « midi » puis descente agréable mais longue vers Aremd (1900 m) en passant par Sidi Chamharouch (marabout).

  • 021_19 022_20
    Les gazelles et les gazous au sommet du Toubkal.
  • Jour 7 : courte descente sur Imlil (30 min environ) en passant par la Kasbah du Toubkal. Il s’agit d’un ancien palais perché sur un piton rocheux dominant le village d’Imlil. Cette situation privilégiée lui a permis d’ailleurs d’être choisi comme site de tournage pour le film de Kundun (traitant de la vie du dalaï-lama et entièrement tourné au Maroc). Ce lieu est maintenant un hôtel restaurant reconnu. Quelques mètres plus tard, nous arrivons à Imlil, les minibus nous attendent. Le temps de décharger les mules et de charger les minibus, nous visitons les échoppes du coin. En fin de matinée, nous sommes de retour dans la turbulente Marrakech. Installation à l’hôtel Ryad Mogador***. Le reste de la journée est libre (visite des souks, de la médersa Ben Youssef, des hammans…). Les derniers dirhams sont utilisés. Soirée de folie au restaurant Le Foucauld (tout à volonté, chant commun, anglais revanchards…)
  • Jour 8 : Marrakech – France par Boeing 747-300 de Corsair affrété par la RAM. Lever à 3 h du matin ou nuit blanche pour d'autres. Départ à 6 h de l'aéroport international de Marrakech. Sublime lever de soleil sur le Maghreb puis sur le détroit de Gibraltar.